Présentation de mon portefeuille boursier

Faisant partie de mes promesses de mon blog, je vous présente mon portefeuille boursier avec les titres détenues en tant qu’actionnaire et les performances annuelles avec et sans dividendes réinvestis à partir de 2011 puis par la suite, un reporting mensuel sera réalisé au fil de l’avancement du blog. À titre personnel, ce n’était pas facile de le faire car cela m’a rappelé de mauvais souvenirs lors de mes débuts en Bourse. D’autre part, je vais jouer la carte de la franchise en exposant mes succès et surtout mes échecs dont je les assume complètement.

Composition de mon portefeuille d’investisseur de long terme au 31 mai 2015

 Titres Date de détention Pondération Performance Performance dividendes réinvestis
Industrie
Air Liquide 08/05/2012 3,85 % 21,1 % 48,94 %
Consommation discrétionnaire
Hermès International 31/08/2012 13,99 % 58,89 % 61,03 %
Groupe SEB 20/11/2011 10,58 % 51,16 % 58,97 %
Salvatore Ferragamo 31/03/2014 7,9 % 33,06 % 35,53 %
Consommation défensive
Nestlé 05/04/2012 4,62 % 50,36 % 57,99 %
Technologie
IBM 09/11/2012 10,12 % 10,68 % 13,72 %
Matières premières
Total 06/05/2010 11,45 % 18,26 % 39,37 %
Gazprom 02/10/2014 6,41 % -10,77 %
Agnico Eagle Mines 10/03/2015 4,8 % 13,4 %
Alamos Gold 28/01/2011 2,34 % -33,85 % -31,58 %
Barrick Gold 17/04/2013 5,66 % -36,43 % -34,84 %
Cameco 11/03/2011 2,68 % -32,72 % -28,92 %
Potash Corp 27/04/2012 5,64 % -3,11 % 1,37 %
Silver Wheaton 03/03/2014 6,83 % -3,29 % -2,34 %
LO World Gold Expertise 02/08/2011 3,12 % -43,77 %

Un portefeuille géographique

L’Europe et l’Amérique du Nord représentent respectivement 52,5 et 41 % du capital de mon portefeuille boursier avec une touche en Russie avec le producteur de gaz naturel, Gazprom. Certains diront qu’investir chez l’ennemi idéologique des États-Unis est très aventureux. À court terme, peut-être mais sur le long terme, la donne pourrait changer. Pour faire taire les sceptiques, Gazprom a largement les reins solides avec des capitaux propres excédant largement ses dettes financières puis a récemment signé un contrat de long terme avec la Chine.

Au niveau de la pondération, Hermès International, Total et Groupe Seb complètent le podium avec une mention spéciale pour le second malgré le krach du prix du pétrole. Enfin, mes regrets vont à l’encontre d’Air Liquide et de Nestlé en raison de leur faible pondération sur mon portefeuille boursier. Pour le premier, j’ai raté l’occasion de renforcer ma position lorsque le cours cotait en dessous du prix de revient. Quant au second, je n’ai pas osé à mettre plus d’actions supplémentaires alors que c’est une blue chips par excellence.

Un portefeuille trop focalisé sur les matières premières

Voulant apporter du dynamisme à mon portefeuille boursier avec les matières premières, j’ai pris finalement un effet boomerang, en particulier avec les minières aurifères. L’erreur de me focaliser spécifiquement sur ce secteur m’a coûté cher sur la performance de mon portefeuille, malgré mon travail d’investigation. Avec du recul, j’aurai dû m’exposer à bon compte.

Cependant, j’ai de fortes convictions sur ce secteur à long ou très long terme. D’une part, sans matières premières est égal à pas de croissance économique car elles sont nécessaires pour faire tourner les entreprises et les commerces, puis dans notre vie quotidienne. Pour illustrer cet argument, voici quelques exemples de bon sens : la potasse est très largement utilisée pour améliorer les rendements agricoles qui sont dépendants des conditions climatiques ou encore peut-on se passer du pétrole durant les prochaines années.

Performance peu réjouissante de mon portefeuille

De 2011 à 2014, la performance moyenne de mon portefeuille boursier est respectivement de -7,48 et -5,8 % sans et avec dividendes réinvestis. Il n’y a pas de quoi se réjouir mais je me porte bien car j’ai su trouver des solutions pour soigner mes moins-values en diversifiant mon patrimoine financier. Boursièrement parlant, les dividendes m’ont permis de générer des revenus passifs.

Découvrez de A à Z la performance du portefeuille Investir En Actions

Avec honnêteté, la vie d’un investisseur ou entrepreneur boursier est faite de montagnes russes. Cependant, ma persévérance et mon courage à faire le dos rond ont payé sur le long terme sur certaines valeurs. Enfin, l’année en cours est pour l’instant positive avec une performance d’environ 17,58 %.

Janvier 2015 Février 2015 Mars 2015 Avril 2015 Mai 2015
7,33 % 3,94 % 0,24 % 5,76 % -0,58 %

Pour vous rassurer, les gourous et les professionnels de la finance ont connu les mêmes déconvenues. Dans la blogosphère financière, je suis un des rares à mettre en avant mes contre-performances chiffrées. Enfin, pour savoir pourquoi j’ai acheté ses titres, rendez-vous aux prochains articles.

NB : J’inclurai via une page sur la barre de navigation le tableau de la composition de mon portefeuille boursier en récapitulant les performances inscrites sur cet article avec d’autres graphiques.

email
Sovanna Sek on FacebookSovanna Sek on GoogleSovanna Sek on LinkedinSovanna Sek on Twitter
Sovanna Sek
Sovanna SEK est un investisseur de long terme passionné par la Bourse avec pour modèle, Warren Buffett. Il vous donne des conseils pratiques pour construire et gérer un portefeuille boursier rentable sur le long terme.

Il est également un défenseur de la stratégie buy and hold et de l'or.

8 commentaires on “Présentation de mon portefeuille boursier”

  1. Bonjour Sovanna,

    Excellente initiative de présenter ton portefeuille, même si les performances ne sont pas mirobolantes.
    L’humilité est une qualité que devrait avoir chaque investisseur on apprend de ses erreurs, mais aussi de celles des autres.

    Tu reconnais ton erreur sur le secteur aurifère, mais un peu plus loin tu dis que tu à confiance dans ce secteur pour le LT et le TLT, n’es ce pas contradictoire, si tu regardes la performance de l’or sur les 100 dernières années, c’est le placement qui a eu le rendement le plus médiocre. La seule valeur de l’or c’est l’émotion, il n’a pratiquement aucun usage industriel contrairement à l’argent, au platine ou au palladium.

    Tu cites Gazprom certes si tu regardes la valorisation elle est basse comme d’ailleurs toutes les actions Russes, mais quelle confiance donnée aux chiffres et aux oligarques qui la dirige, il n’y a aucune transparence. Un investissement pour le long terme dans une entreprise Russe me parait risqué, évidement on peu toujours spéculer

    Tu parles de la potasse et de Potash Corp, mais sais-tu que Uralkali, qui contrôle plus de 20% du marché à déclenché une guerre de la potasse il y a 2 ans et a fait baisser sévèrement les prix..

    Total pour payer son dividende emprunte de l’argent, ce qui n’est pas vraiment un gage de bonne gestion, c’est probablement la moins bonne des « Majors », mais qui sait après la mort de son président la gestion s’améliorera. Le prix du pétrole devrait hausser lentement et avec beaucoup de volatilité dans les prochaines années.

    Cameco sans doute acheté trop tôt, le retraitement de l’uranium issu des armes nucléaires est terminé, Poutine n’a pas voulu signer un nouveau traité, le cours de l’uranium devrait continuer son redressement au long des prochaines années.

    Les matières premières seront un levier pour la reprise, même si la croissance est molle.

    En dehors des matières premières, les autres valeurs sont de bon choix.
    Maintenant, tu as l’obligation de faire mieux, bel exercice de didactisme.

    Patrick
    Patrick Articles récents…De l’homo sapiens à l’homo investicusMy Profile

  2. Bonsoir Patrick,

    Pour les minières aurifères, j’avoue que pour l’instant c’est un erreur à cause de la forte corrélation du prix de l’once d’or. Le secteur des minières aurifères ressemble à deux gouttes d’eau à celui du pétrole mais en petite dimension avec des outils de production qui ne sont pas les mêmes. Toutefois, la demande excède l’offre ou la production malgré que les médias grand public disent le contraire. En effet, ses derniers se focalisent trop sur la Chine et dans une moindre mesure L’Inde sachant que l’Empire du Milieu cache bien son jeu sur ses propres réserves d’or au titre de premier producteur mondial.

    Pour Gazprom, je comprend tout à fait ta réaction mais on ne peut pas tire autant d’EDF, Areva, ou encore Orange en termes de gouvernance. Il ne faut pas oublier que Gazprom est coté dans des places financières occidentales telles que Francfort ou Londres. Ce n’est pas rien en termes de crédibilité. Enfin, pour le marketing, il est sponsor principal de l’UEFA Champions League.

    Concernant Potash, je le savais et d’un autre coté, c’est bien qu’un cartel s’effondre car ça fausse réellement le marché.

    Pour Total, on pourra dire que c’est justifié à court terme. A titre personnel, l’effondrement du prix du pétrole est le fruit de l’excès des intervenants de marché. Bref, je ne vais pas faire le dessin de la théorie du complot.

    La contre-performance de ma position sur Cameco est surtout liée à la catastrophe de Fukushima. C’est juste un manque de bol. Concernant le nucléaire, il sera malgré les fausses idées reçues à droite et à gauche, une alternative à la transition énergétique. Enfin, Cameco est un producteur d’uranium pour le compte des activités civiles.

    De là à faire mieux, oui à certaines conditions. Cherchez des entreprises comme le font les Daubasses ou encore trouvez des entreprises avec des niches porteuses dont le management a un esprit d’entrepreneur comme le groupe SEB.

    Cordialement.

  3. Bonsoir Paul,

    Merci pour ta solution. J’aurais pu acheter plus de blues chips à bon compte. Malheureusement, à l’époque, j’étais en mode découverte.

    Malgré mon travail d’investisseur sur les matières premières, les marchés financiers sont parfois impitoyables à court terme. Aujourd’hui, sur ce secteur, je miserai plus sur l’analyse technique pour le timing.

    Cordialement.

  4. Bonsoir Manu,

    La transparence apporte de la confiance à ses lecteurs. Petit à petit dans l’Hexagone, les mentalités changent.

    Cordialement.

  5. Sovanna,

    Si tu avais vendu des Calls contre tes IBM ou POT depuis ton acquisition, ton rendement aurait pu être beaucoup plus important (voir mon exemple sur MT): https://youtu.be/T2Pps0CC2zg?t=2m48s
    Il n’est jamais trop tard pour se mettre aux options car c’est le SEUL moyen de réduire son prix de revient et d’augmenter son rendement SANS prendre de risque supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge