Pourquoi les actions cotées ne sont pas si risquées pour construire votre patrimoine

comparatif actions cotées et placements préférés des français

3 krachs successifs sur les actions cotées à partir des année 2000. Oui, les investisseurs particuliers français en ont pris plein la figure.

Premièrement, l’éclatement de la bulle Internet. Deuxièmement, la crise des subprimes qui a prouvé que l’immobilier n’est pas une valeur refuge. Enfin, la crise des dettes souveraines de la zone euro entre 2010 et 2011.

Après coup, vous n’êtes pas tenté d’investir sur ce placement. Cela peut se comprendre. Avec du recul, vous risquez de le regretter à force d’écouter les salades des médias mainstream.

À court terme, vous avez raison. Le nombre d’actionnaires a été divisé par 2 en 15 ans. Les causes de ce désamour de la part des Français sont multiples.

J’accuse les autorités politiques d’avoir provoquer ce détournement de masse en faveur de l’immobilier et l’assurance vie. Pas étonnant que la France est une puissance économique moyenne par rapport à l’Allemagne. Sa force industrielle régresse sensiblement.

Naturellement, vous croyez que l’État est l’assurance tout risque. Vous vous laissez convaincre. Vous foncez aveuglement sur l’immobilier, l’assurance vie et le livret A sous prétexte que cela peut monter à sens unique pour le premier et c’est sans risque pour les deux autres. Franchement, vous vous comportez comme un mouton à force d’ignorer les atouts des actions cotées.

Sur une période longue en terme nominal avec des preuves tangibles, vous risquez de changer petit à petit votre opinion.

Sur le risque des actions cotées

Les actions cotées sont des placements risqués. Sur ce point, vous et moi sommes d’accord. Néanmoins, vous devez relativiser parce qu’elles ne sont pas si spéculatives qu’en réalité. Ce sont en réalité des parts d’entreprise qui vous donne droit à des contreparties non négligeables par les temps qui courent.

La faillite est la pire chose qui puisse arriver pour une entreprise cotée en Bourse. Cela devient de plus en plus rare. Pour contourner cette issue, cela se passe par un retrait de cotation ou un rachat par un concurrent. Les scandales financiers du style Enron sont de plus en plus rares parce que les managements ne veulent pas mettre en danger leur carrière.

Quant aux fluctuations des cours qui vous préoccupent, ce n’est pas le cadet de vos soucis si vous vous focalisez sur la création de la valeur réelle de l’entreprise. Dans le cas du trading, j’admets que c’est important mais vous devez les appréhender en maîtrisant vos émotions.

Par nature, investir dans une entreprise solide est une spéculation intelligente. Voilà une chose rassurante.

Petit bémol. Sur les marchés financiers, il y a entre 80 et 90 % d’entreprises cotées de qualité moyenne si je suis gentil. Le bon côté des choses est que vous pouvez vous concentrer sur les restantes qui sont des leaders de marché ou des superstars.

Mince, vous pensez que c’est restrictif. Au contraire, sur plus 4000 et 9000 valeurs respectivement en Europe et aux États-Unis, vous avez largement le choix.

Avantages / Inconvénients entre les actions cotées en Bourse et les placements préférés des Français

Si vous souhaitez être moins idiot pour forger votre opinion plutôt de vous fier aux idées reçues, voici un résumé des avantages, des inconvénients, du niveau de fiscalité et des risques de contrepartie.

Si vous pensez que j’ai tort, continuez à être moutonnier jusqu’à l’irréparable arrive. Il y a un côté provocateur de ma part dans cette phrase. Au moins, j’ai le courage de vous prévenir.

 Actions cotéesLivret AAssurance-vie fonds eurosImmobilier résidentiel
AvantagesPossibilité de percevoir un dividende

Contribution à la croissance des entreprises cotées

Échangeable à tout moment (grandes et moyennes capitalisations boursières)
Disponible à tout moment

Garantie de l’État
Garantie par le FGAP (Fonds de Garantie des Assurances de Personnes) à hauteur de 70000 euros

Fiscalité plus attractive à partir de 8 ans de détention
Actif ayant une valeur intrinsèque
InconvénientsVolatilité journalière

Obligation de faire sa propre investigation pour s'informer sur les entreprises
Plafond limité même s’il est élevé pour la classe moyenne

Taux d’intérêt administré par l’Etat
Fiscalité pénalisante jusqu'à 8 ans de détention

Composée majoritairement d'obligations d’États dont leur rendement est en régression depuis 2013
Actif peu liquide

Sensibilité aux taux d’intérêts

Forte dépendance du soutien des pouvoirs publics
FiscalitéPlus-values : Impôt sur le revenu et abattement en fonction de la durée de détention

Moins-values : Mauvaise surprise avec les abattements

Dividendes : Barème Impôt sur le revenu + Abattement de 40 % ou Prélèvement à la source à 36,5 % pour les revenus inférieurs à 50000 € (personne seule) ou 75000 € (couple)
Exonération nette d’impôts sur les intérêtsNiveau de taxation dépendant de la durée de détention

Cas particulier en fonction de la date de souscription
Variable selon le type de placement
Risque de contrepartieFaillite de l’entrepriseDévaluation de l’euro

Spectre d'un défaut ou restructuration de la dette de l’État
Dévaluation de l'euro

Spectre d'un défaut ou restructuration de la dette de l’État
Dépendance de la structure économique de la France

Comme vous le remarquez, le risque de perte en capital est plus important sur les actions cotées au niveau temporel. En laissant de côté le livret A, la liquidité n’est pas si mauvaise si vous privilégiez les grandes capitalisations boursières.

Pour votre contrat d’assurance vie en euros, la sortie partielle ou complète ne se fait pas en un seul clic de souris.  Idem pour l’immobilier résidentiel.

Ce que les médias mainstream et les professionnels de la finance ne vous disent pas, c’est que le Livret A et l’assurance-vie en fonds euros sont une reconnaissance de dette. Par bon sens, vous possédez un passif dont l’État peut vous confisquer ou geler à tout moment. Sans être un fervent de la théorie du complot, c’est une sorte guerre contre le cash.

Quant à l’immobilier, vous pensez que la hausse des prix est éternelle. Je vous suggère de regarder en arrière. En effet, la bulle immobilière a éclaté deux fois au cours du XXème siècle lors des années 1930 suite à la grande dépression américaine et durant les années 1990 suite à la réunification de l’Allemagne.

Mais non, Sovanna ! Tu as tort parce que les choses ont changé depuis ce temps. J’ai envie de te croire mais entre les deux bulles, c’était aussi le cas.

Pour le risque de contrepartie, les forces s’équilibrent sur le fond, mais pas d’un point de vue temporelle. À titre personnel et sans faire l’oiseau de mauvais augure, je m’inquiéterai plus pour les placements soi-disant sans risque. Pour plus d’informations, allez sur le site des Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution afin d’y voir plus clair.

Performance du CAC 40 : Encore faut-il bien vendre ?

J’avoue que ça m’énerve. Même du côté des Publications Agora, certains rédacteurs mettent en avant le CAC 40 sans les dividendes bruts réinvestis. D’un autre côté, je peux les comprendre parce qu’il est plus traité par les intervenants de marché.

Si vous avez un œil avisé comme moi, regardez bien l’évolution nominale de l’indice CAC 40 dividendes bruts réinvestis en données mensuelles depuis décembre 1987.

Evolution actions cotées CAC 40 dividendes bruts réinvestis

Cela vous scotche. Un graphique vaut mieux qu’un long discours. Où est la fin du Monde. Même les krachs boursiers ont été un prétexte pour former un canal haussier. Toutefois, ils ont provoqué de grosses consolidations à la baisse.

Si vous avez été bien éduqué financièrement, vous serez gagnant à condition de bien choisir les 10 à 20 % des actions cotées qui sont de belle qualité intrinsèque. J’avoue que c’est rageant de ma part de ne pas en profiter lors de mes débuts en Bourse. Bref, le mal est fait.

Chez les guignols de Wall Street, le S&P 500 et le Dow Jones nagent également sur une tendance haussière de long terme. L’avantage par rapport à l’indice parisien, c’est un marché où les opportunités d’investissement pleuvent avec une meilleure liquidité quel que soit le secteur d’activité.

Maintenant à vous de choisir

Vous êtes encore persuadé que les actions cotées ressemblent à la roulette russe. Continuez à vous accrocher naïvement à votre contrat d’assurance vie. Quant au livret A, il est facile de sortir vos liquidités jusqu’à un seuil limite d’une quinzaine d’euros. Pour l’immobilier résidentiel, il est difficile de trancher parce que c’est un placement au cas par cas.

Si vous avez changé de camp en lisant mon article, je suis reconnaissant que vous avez un effort d’esprit critique. Par contre, le chemin pour bien investir sur le placement productif de l’économie sera semé d’embûches. En toute franchise, il y a du boulot avant de mettre les mains dans le cambouis.

Heureusement, ce n’est pas insurmontable. Pas besoin d’un diplôme de finance. C’est juste du bon sens et une bonne maîtrise de soi.

Sovanna Sek on FacebookSovanna Sek on GoogleSovanna Sek on LinkedinSovanna Sek on Twitter
Sovanna Sek
Sovanna SEK est un investisseur de long terme passionné par la Bourse avec pour modèle, Warren Buffett. Il vous donne des conseils pratiques pour construire et gérer un portefeuille boursier rentable sur le long terme.

Il est également un défenseur de la stratégie buy and hold et de l'or.

7 commentaires on “Pourquoi les actions cotées ne sont pas si risquées pour construire votre patrimoine”

  1. Bonjour Sylvain,

    N’hésitez pas de vous abonner sur ma newsletter si vous voulez me suivre régulièrement. En plus, je vous offre un ebook de bienvenue.

    Cordialement.

  2. Salut Sovanna, tu as raison.
    La Bourse est certes plus risqué mais elle offre un meilleur rendement je trouve si on sait gérer son risque.
    En plus maintenant vu le taux du livret A les gens devraient se tourner vers autre choses

  3. Bonjour Mathieu,

    Depuis je suis dans la blogosphère financière, je n’arrête pas de marteler qu’il existe aucun placement sans risque.

    Concernant le désintérêt du Livret A, la plupart des épargnants se réfugient sur les contrats d’assurance vie fonds euros qui sont évidemment des placements que l’État aura le plaisir de confisquer pour réduire soi-disant sa dette publique. Si tu veux avoir le cœur net, je te conseille cette source :

    http://libredagir.fr/prenez-conscience-risques-emprunts-etat/

    Cordialement.

  4. Salut Ben,

    Malheureusement, il y a une énorme bulle qui se forme sur les obligations d’États.

    Le danger est qu’on nous dit que cette fois c’est différent. En effet, les banques centrales seront toujours là en dernier ressort. A force d’avoir confiance envers elles, ce n’est pas de bonne augure et le retour de bâton sera brutal.

    Enfin, de là dire que le krach obligataire va profiter aux actions, sûrement pas à moyen-long terme.

    Une bulle alimentera une autre mais pas sur les actions qui sont déjà survalorisées tant en Europe qu’aux USA.

    Sovanna.

    Sovanna.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge