Faut-il ouvrir un PEA ou compte titres pour débuter en Bourse ?

ouvrir pea compte titres

Vous êtes déterminé à faire vos premiers pas en Bourse par l’intermédiaire du marché actions.

Je vous demande de ne pas vous exciter.

Vous remarquerez avant de mettre vos pépettes pour construire un portefeuille boursier qu’il y a 2 choses qui s’imposent d’une manière générale. Vous ne pouvez pas en échapper.

Ce n’est pas un secret pour vous. Vous devez passer par votre courtier en ligne. En même temps, pensez au support d’investissement pour réaliser vos premiers investissements.

Comme je m’adresse à un public francophone, je vais simplement me limiter au cas français.

3 possibilités s’offrent à vous :

  • Vous pouvez ouvrir un PEA (Plan Épargne Actions),
  • Vous pouvez ouvrir un PEA PME, réservé exclusivement pour les petites capitalisations boursières,
  • Vous pouvez ouvrir un compte titres.

Rien ne vous empêche de cumuler les 3 supports. Simultanément, je pense que c’est compliqué à moins que vous ayez beaucoup de sous.

Chaque support d’investissement ont des avantages et inconvénients. À vous de faire la part des choses. Ce qui est sûr par expérience, c’est que vous ne serez jamais satisfait à 100 %.

Comment faire le bon choix ?

Cela dépend de vos besoins et vos contraintes. Dans votre esprit, vous avez l’impression de naviguer à vue.

Soyons clair.

Votre choix doit se faire en fonction de votre horizon et stratégie d’investissement. Sur ce point, c’est chacun sa merde.

La plupart d’entre vous vont chercher ce qui vous arrange par défaut. En aval, vous risquez d’avoir de mauvaises surprises au risque de regretter votre choix.

Maintenant, vous souhaitez avoir les idées claire sur les différents supports d’investissement en Bourse. Est-ce que cela vaut le coup d’ouvrir un PEA ou un Compte-Titres ?

Ouvrir un PEA : Une belle carotte fiscale avec quelques inconvénients

Le PEA, c’est le meilleur des mondes pour débuter en Bourse.

Cette belle histoire a commencé en 1992 pour encourager l’actionnariat individuel et une stabilité dans le capital des entreprises françaises. Il faut dire à l’heure où j’écris, que le pari est raté sur toute la ligne. Quoique, ce n’est pas le sujet de mon article.

La plupart d’entre vous sont attirés par ces avantages fiscaux. Ce qui est indiscutable. Pourquoi vous mentir ?

Premièrement, vous pouvez réjouir que les dividendes ne sont pas imposables.

Deuxièmement, les plus-values sont exonérées à condition de ne pas faire de retrait hors la liquidité du PEA avant 5 ans de détention.

Pour en être sûr. Attendez bien que cette barre fatidique soit bien dépassée.

Par contre, vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Vous devez vous acquitter des prélèvements sociaux à 15,5 %. Par rapport à 1991, c’était 13 fois plus.

Cela dit. La carotte fiscale n’est pas une fin en soi pour ouvrir un PEA.

Ce qui va vous énerver le plus, c’est que l’ouverture de votre PEA ne vous permet pas d’investir sur les actions américaines. Je sais que c’est l’un des marchés de prédilection des particuliers parce qu’il offre de nombreuses opportunités d’investissement.

Vous devez vous contenter des actions faisant partie de l’EEE (Espace Économique Européenne) pour votre portefeuille boursier.

Ensuite, vous avez un plafond de versement à ne pas dépasser selon votre situation maritale. Pour une personne célibataire, ce sera respectivement 150 000 € alors qu’un couple bénéficiera du double, soit 300 000 € au total.

Le PEA PME : Pas forcément un paradis pour tous les investisseurs particuliers

Vous pensez qu’ouvrir un PEA PME soit une bonne alternative au PEA avec les mêmes avantages fiscaux.

Posez-vous les bonnes questions.

Les valeurs qui sont éligibles, ne sont pas forcément celles qui conviennent à un portefeuille boursier d’un néophyte malgré un potentiel de croissance importante que celui d’une blue chip (grande capitalisation boursière de belle qualité). Il faut savoir raison garder par rapport à vos aptitudes d’investisseur.

Comme d’habitude, vous aimez bien être pour le plus petit à l’instar des PME. Vous pensez qu’elles méritent mieux que les multinationales. La réalité est que leur business model est compliqué à lire pour la majorité des investisseurs institutionnels. Puis elles souffrent d’un manque de liquidité sur les marchés financiers, en particulier en Europe.

Bien sûr, vous pouvez être tenté par cette aventure parce que les small caps font mieux que les grandes capitalisations boursières. Si c’est votre cas, vous n’avez pas intérêt à vous louper dans votre analyse fondamentale. Elle doit se faire avec plus de minuties. Sinon, ce sera la catastrophe.

Ouvrir un compte titres : Fiscalité pénalisante mais plus de flexibilité

Moi, j’ai 3 comptes-titres à mon actif. Il est clair que je n’ai pas choisi la facilité fiscale à première vue.

Pensez-vous qu’ouvrir un compte titres est obsolète ?

Réponse de normand.

Oui. Parce que le compte titres a vu sa fiscalité s’alourdir durant les dernières années par des personnes qui ne comprennent rien au fonctionnement de la Bourse.

Evolution du nombre d'actionnaires français

Pourtant, avant la création du PEA en 1992, vous pensez que le Compte-Titres soit délaissé. Sur le graphique ci-dessus, sûrement pas.

Au fil des années, vous avez le sentiment d’être le cocu depuis que l’État a supprimé :

  • Le crédit d’impôt sur les dividendes
  • L’abattement fixe de 1525 et 3050 € (respectivement pour les célibataires et les couples) sur les dividendes,
  • Le seuil de cession pour les plus-values mobilières.

Vous regrettez la belle époque.

Pire encore. Les dividendes sont alignés sur l’imposition sur le revenu comme les plus-values.

Stop ! Maintenant, regardez les choses de plus près.

Ouvrir un compte titres vous offre plus de flexibilité. Vous avez la possibilité d’investir sur les places financières mondiales en dehors du Vieux Continent. Vous n’avez pas un plafond de versement à respecter.

La vérité que vous êtes libre avec un compte titres.

N’oubliez pas que vous avez le droit d’alléger votre niveau de fiscalité avec un pourcentage d’abattement sur les plus-values mobilières conditionné à une durée de détention.

Lorsque vous vendez définitivement vos actions en gain, vous pouvez également déduire certaines charges à l’investissement :

  • Les frais de courtage à l’achat et à la vente d’un titre,
  • Les droits de garde,
  • Les commissions du SRD (Service Réglementé Différé),
  • La taxe sur les transactions financières.

Ce que j’espère avec les derniers éléments cités, c’est que vous portez un regard moins critique sur ce support d’investissement en Bourse plutôt de vous laisser emporter par l’attractivité fiscale.

Prenez votre temps pour choisir

 PEA / PEA-PMECompte-Titres
Qui peut souscrire ?Personne physique majeure domiciliée en France / ExpatriéPersonne physique mineure et majeure / Personne morale
Nombre de compte / personne1Illimité
Vente à découvert via le SRD (Service Réglementé Différé)NonOui
Titres éligiblesActions de l'EEE (Espace Économique Européen)

Pour le PEA-PME, Actions de l'UE et norvégiennes répondant aux critères :

- Effectif de moins 5000 salariés
- Chiffre d'affaires inférieur à 1,5 Md€ ou bilan totale inférieur à 2 Md€
Aucune restriction
Plafond de versement150000 € pour le PEA / 75000 € pour le PEA-PMEIllimité
Disponibilité des fondsOui mais si vous faites un retrait avant les 8 ans de détention, votre PEA est clôturéOui
Possibilité de transfert chez un autre courtier en ligneOui mais veillez à vérifier les conditions tarifairesOui mais veillez à vérifier les conditions tarifaires
Fiscalité des plus-valuesRetrait avant 2 ans : Imposition des plus-values à 22,5 % + Prélèvements sociaux à 15,5 %

Retrait entre 2 et 5 ans : Imposition des plus-values à 19 % + Prélèvements sociaux à 15,5 %

Retrait entre 5 et 8 ans : Pas d'imposition sur les plus-values mais prélèvements sociaux à 15,5 %
Tranche d'impôt sur le revenu + Prélèvements sociaux à 15,5 %

Abattement de 20 % sur les plus-values pour une détention entre 2 et 4 ans

Abattement de 30 % sur les plus-values entre 4 et 6 ans

Abattement de 40 % sur les plus-values pour une détention de plus de 6 ans

Report des moins-values sur 10 années consécutives
Fiscalité des dividendesAucuneTranche d'impôt sur le revenu + Prélèvements sociaux à 15,5 % + Abattement de 40 % du montant brut sur les dividendes perçus + Déduction de la CSG (Cotisation Sociale Généralisée)

Parfois, un tableau vaut mieux qu’un long discours.

Vous avez envie de choisir le PEA pour débuter en Bourse. Je vous l’accorde que ce n’est pas une mauvaise idée pour quelqu’un ayant des objectifs patrimoniaux sur plusieurs décennies. Prudence quant même, vous ne pouvez pas acheter n’importe quoi. Par exemple, vous ne pouvez pas intégrer des foncières cotées avec le généreux rendement.

En ouvrant un PEA, j’ai oublié de vous dire que la conversion des actions en nominatif reste difficile, voir impossible pour le nominatif pur. Certains brokers n’acceptent pas cette opération pour ne pas compromettre leur business.

Le PEA PME reste réservé à des investisseurs aguerris. Malgré la superformance des small caps face au grandes valeurs, vous avez des fortunes diverses. L’analyse technique dans ce compartiment amène souvent des signaux contradictoires. Leurs fluctuations sont essentiellement pilotées par leurs résultats financiers. D’un autre côté, c’est le seul lot de consolation.

Investir sur des small caps nécessite de passer beaucoup de temps sur l’analyse fondamentale. Elles sont certes sur des secteurs de niche mais vous avez intérêt à connaître les spécificités de son business. Ce qui n’est pas à la portée de tout le monde. Puis j’ai oublié de vous dire que votre temps est précieux. Si vous n’en avez pas assez, passez votre chemin et restez focus sur les grandes capitalisations boursières.

À propos du compte titres, vous risquez de rater de belles opportunités d’investissement sur les Bourses américaines avec une meilleure liquidité que la place parisienne. Qui dit plus d’opportunités d’investissement, meilleure est la répartition du risque.

Vous connaissez maintenant les supports d’investissement pour investir en actions. Selon vous, qui est le plus adapté par rapport à vos objectifs et stratégie d’investissement ? Pour ou contre pour ouvrir un PEA. Pour ou contre pour ouvrir un compte titres. N’hésitez pas à donner votre avis sans langue de bois.

Sovanna Sek on FacebookSovanna Sek on GoogleSovanna Sek on LinkedinSovanna Sek on Twitter
Sovanna Sek
Sovanna SEK est un investisseur de long terme passionné par la Bourse avec pour modèle, Warren Buffett. Il vous donne des conseils pratiques pour construire et gérer un portefeuille boursier rentable sur le long terme.

Il est également un défenseur de la stratégie buy and hold et de l'or.

8 commentaires on “Faut-il ouvrir un PEA ou compte titres pour débuter en Bourse ?”

  1. Pour ma part, nonobstant les pours et les contres de chacun, je pense qu’il est important pour un investisseur français d’investir sur les marchés internationaux, pas seulement en Europe.

    Ce que seul le compte titres permet, donc il est primordial pour l’investisseur français d’en détenir un.

  2. Bonjour Martin,

    Les Français ont traditionnellement cette tendance à privilégier la carotte fiscale. Malheureusement, il est difficile de leur faire changer cette mentalité. De plus, c’est véhiculé à droite et à gauche de génération en génération.

    Personnellement, j’ai du mal à l’expliquer concrètement.

    Cordialement.

  3. Bonjour B.Wayne,

    Après vérification, vous avez raison. De plus, on a l’exemple de Lafarge-Holcim sur le CAC 40.

    Cordialement.

  4. Oui,
    Les choses pourraient peut-etre changer un jour, mais ce ne serait de toute façon pas forcément tres interssant:le prelevement à la source effectué par le fisc suisse sur les dividendes est élevé, et serait « perdu » dans un PEA..
    Bonne semaine!

  5. Bonjour Sovanna,
    dans le dernier paragraphe de l’article, il est dit qu’on doit garder les titres au moins 5 ans dans un PEA. C’est faux, on peut les revendre à tout moment et le K récupéré passe sur la partie liquidité du PEA..
    Cordialement.

  6. Bonjour Pepe,

    J’avoue ma défaite. Effectivement, je me suis trompé. Pour être plus précis, c’est le retrait hors du circuit du PEA qui finalise la clôture.

    Je vais modifier mon article d’ici peu.

    Cordialement.

  7. Ce n’est pas une bataille! ;-)

    Je trouve l’article un peu trop anti-PEA à mon goût (dans sa 1ère version. Je vois que tu as déjà commencé à le modifier). Si on peut ouvrir un PEA et bloquer un certain K pendant 5 ans ou plus, ce serait vraiment vraiment dommage de se priver de ses avantages fiscaux… à moins de ne pas du tout être intéressé par les actions éligibles bien entendu. Et rien n’empêche d’avoir un CTO à côté.
    J’aime bien aussi le côté « simple » du PEA pour débuter en bourse (marché limité, dans la zone économique qu’on connaît le mieux a priori, pas de questions à se poser sur la fiscalité tant qu’on y laisse le K).
    Donc AMHA, pour qqun qui le peut et qui s’intéresse à la bourse, c’est PEA ET CTO! ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge