Les convictions d’investissement et économiques d’Armin Zinser de SG Prévoir

Le mercredi 28 octobre 2015, j’ai eu l’occasion d’interviewer Armin Zinser, gérant de fonds de la Société de Gestion Prévoir sur ses convictions d’investissement et économiques. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas la langue dans sa poche en disant ouvertement les choses de manière objective. Découvrez sans plus tarder le résumé de l’interview.

Méfiance envers les valeurs bancaires

Après avoir résumé en quelques mots son parcours professionnel puis détailler ses convictions d’investissements, il a avoué avec franchise la quasi-absence de valeurs bancaires dans ses fonds en raison du manque de visibilité de leur business model. Sachant qu’il est allemand et vit en France depuis une trentaine d’années, je lui ai fait part des difficultés financières de la Deutsche Bank et sa réponse n’a pas été tendre envers l’une des premières banques européennes en disant qu’elle a perdu son patriotisme et ne cachant pas son inquiétude à propos de sa forte exposition sur les produits dérivés. D’ailleurs, il voit d’un très bon œil l’émergence des fintechs qui veulent les codes traditionnels du secteur bancaire. D’un autre côté, ce dernier n’inspire pas la confiance auprès du public depuis l’éclatement de la bulle des subprimes.

Concernant le choix des valeurs dans ses fonds, Armin Zinser a une préférence pour les entreprises détenant des actifs réels de qualité dont le management a un esprit d’entrepreneur. En regardant personnellement les rapports mensuels des fonds qu’il gère, l’industrie, la santé et la technologie ont une part importante dans leur composition.

Enfin, dans sa dernière lettre mensuelle, il pense que la FED fera en sorte de ne pas créer de panique sur les marchés financiers jusqu’à la fin de l’année.

La France piétine économiquement

Lorsque j’ai commencé à lui poser des questions sur l’économie réelle, le gérant n’arrive pas à comprendre pourquoi la France n’est pas si compétitive économiquement surtout avec des prix de l’énergie bon marché. Personnellement, il y a également la flambée des prix de l’immobilier qui élimine cet avantage sans oublier l’instabilité fiscale. N’ayant rien à cacher, il pense que notre pays est le maillon faible de la zone euro car elle tarde à faire les vraies réformes structurelles.

Par contre pour l’Allemagne, il est très sceptique sur le revirement de la politique énergétique de la part de la chancelière Angela Merkel avec l’abandon du nucléaire suite à la catastrophe de Fukushima au Japon et pense que ce serait le plus grand échec de ses 3 mandats. Quant à l’afflux de réfugiés, Armin Zinser est optimiste à moyen terme car cela peut soutenir la demande interne. Toutefois, il reste prudent sur les impacts de très long terme de ce phénomène migratoire.

En ce qui concerne la Chine, ce dernier reconnaît le ralentissement économique qui est acté depuis 2012-2013 suite à la décision des pouvoirs politiques de basculer d’un modèle exportatrice vers un modèle basé sur la consommation interne. Évidemment, cela ne sera pas sans douleur mais reste optimiste sur le long terme.

Le système monétaire actuel n’est plus tenable !

À ce sujet, le gérant de fonds ne se fait pas d’illusion sur la soutenabilité du système monétaire actuel via l’expansion de la dette et est très surpris que cela a tenu depuis plus de 70 ans mais ne sous-estime pas la puissance du capitalisme qui a plus d’un tour dans son sac avec les QE (Quantitative Easing). Sur ce point, j’adhère à 100 % car les niveaux dettes/revenues dans le public et le privé sont à des niveaux insoutenables. De plus, je constate à titre personnel qu’une minorité de l »opinion publique commence à prendre conscience que l’État-Providence est à bout de souffle.

Par ailleurs, il m’a confié que les États-Unis sont techniquement en faillite depuis le début des années 1970 ou précisément au cours de la guerre du Vietnam. J’ajouterai d’après mes investigations que le dollar a failli être rayé de la carte du système monétaire internationale en 1978. Malheureusement, les générations X, Y et Z composant le plus grand part de la population mondiale ne s’en souviennent pas.

Les actions cotées en Bourse : un placement crédible pour votre retraite

À propos des alternatives financières pour préparer votre retraite, Armin Zinser affirme avec aisance que les actions cotées en Bourse sont de loin la meilleure si la plupart des ménages essayent d’avoir une vision sur le très long terme, c’est-à-dire au moins 10 ans. Pour cela, un travail à la fois pédagogique et psychologique de longue haleine s’avère nécessaire pour permettre aux ménages de comprendre le fonctionnement de ce placement.

Pour clore ce résumé de l’interview, il est «bullish» sur les entreprises avec des actifs réels de qualité et certains actifs tangibles (dont l’or et l’argent) et «bearish» sur les produits de taux (obligations d’États, fonds monétaires…).

email
Sovanna Sek on FacebookSovanna Sek on GoogleSovanna Sek on LinkedinSovanna Sek on Twitter
Sovanna Sek
Sovanna SEK est un investisseur de long terme passionné par la Bourse avec pour modèle, Warren Buffett. Il vous donne des conseils pratiques pour construire et gérer un portefeuille boursier rentable sur le long terme.

Il est également un défenseur de la stratégie buy and hold et de l'or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge