Comment bien analyser un compte de résultat

Jugez sur la capacité bénéficiaire de l’entreprise au bout d’un an n’est pas très pertinent car elle ne vous donne pas des informations précises sur ses avantages de compétitivité durable et sa réelle santé financière.

Sachez qu’un chiffre d’affaires ne fait pas la tendance. Pour cela, je vous recommande d’analyser le compte de résultat sur une période minimum de cinq ans.

L’élément clé du compte de résultat est la profitabilité. À ne pas confondre avec la rentabilité, c’est le rapport entre le bénéfice et le chiffre d’affaires. Elle donne une indication de la performance annuelle de l’entreprise.

C’est quoi un compte de résultat

Le compte de résultat est un document comptable qui récapitule l’ensemble des revenus et des charges pour une période déterminée et aboutit à un résultat net, soit un bénéfice ou une perte.

Financièrement parlant, il retrace la performance annuelle de l’entreprise. En faisant une équivalence avec le sport collectif, c’est en quelque sorte le score du match selon Christophe Thibierge, auteur du livre Comprendre Toute la Finance.

Le tableau détaillé du compte de résultat

Maintenant que vous connaissez la définition de ce document comptable, je vais détailler les éléments essentiels qui le composent.

Chiffre d’affaires
– Coût des biens vendus ou de marchandise
= Résultat brut
– Charges d’exploitation
Dont : Frais commerciaux, généraux et administratifs, recherche et développement, dépréciation ou dotation aux amortissements / provisions
+ Produit d’exploitation
Dont : Reprise de provisions / Divers
= Résultat d’exploitation
– Charges financières
Dont : Charges d’intérêts, autres frais financiers, provisions financières, perte sur cession d’actifs
+ Produits financiers
= Résultat financier
– Impôt sur les bénéfices
= Résultat net

Le chiffre d’affaires n’est pas une fin en soi

C’est la rentrée d’argent réalisée par l’entreprise grâce au volume de ventes des biens ou de service sur une période déterminée. C’est l’un des chiffres importants pour analyser un compte de résultat mais il ne dit pas tout.

Le coût des biens vendus ou de marchandise

C’est le coût global pour vendre un bien ou un service. Il comprend le coût des matières premières pour la fabrication d’un ou de plusieurs produits, le coût de stockage et d’approvisionnement.

Le résultat brut

C’est la rentrée d’argent générée par les activités de l’entreprise après déduction du coût des biens vendus. En France, nous considérons comme la valeur ajoutée.

Les charges d’exploitation

Ce sont des dépenses nécessaires à la compétitivité économique de l’entreprise. Parmi ses dépenses, il y a les frais commerciaux, administratifs et généraux, les dépréciations liées à des investissements et éventuellement la R&D (Recherche et Développement).

Le résultat d’exploitation ou opérationnel

C’est la rentrée d’argent générée par les activités de l’entreprise après déduction du coût des biens vendus/de marchandise et des dépenses nécessaires à sa compétitivité économique, et addition des produits d’exploitation. En pratique, il résume de A à Z la vie de l’entreprise sans prendre en compte les dettes financières et les impôts.

Les charges d’intérêts

Ce sont les intérêts versés par l’entreprise en contrepartie d’un emprunt sur l’année civile. Vous le trouverez dans la partie Charges financières.

Le résultat financier ou avant impôts

C’est la rentrée d’argent générée par les activités de l’entreprise après déduction du coût des biens vendus/de marchandise, des dépenses nécessaires à sa compétitivité économique et des charges financières puis en addition aux produits d’exploitation et financiers.

Le résultat net, élément incontournable du compte de résultat et pour l’actionnaire

C’est la rentrée d’argent finale générée par les activités de l’entreprise en déduisant le résultat financier par les impôts sur les bénéfices. S’il est positif, l’entreprise est bénéficiaire et dans le cas contraire, elle est déficitaire.

S’ensuivent après le résultat net dans les documents de référence ou les rapports annuels, le BPA (Bénéfice net Par Action) et le dividende par action. Pour être plus précis, vous trouverez en règle générale ses informations dans le chapitre « Comptes Consolidés ».

S’il est très important pour analyser un compte de résultat, c’est qu’il conditionne la trésorerie de l’entreprise nécessaire à son équilibre financier.

Analyser la profitabilité de l’entreprise

Dans l’analyse d’un résultat d’une entreprise, Vous devez scruter sa profitabilité. Il existe trois ratios financiers calculés à partir des éléments du compte de résultat.

La marge brute

C’est la profitabilité commerciale de l’entreprise hors coût d’exploitation (frais commerciaux, administratifs et généraux). Il se calcule en faisant le rapport entre le résultat brut et le chiffre d’affaires.

Marge brute = Résultat brut / Chiffre d’affaires

Par prudence, un chiffre élevé de la marge brute de l’entreprise peut avoir un effet de trompeur car des coûts élevés d’exploitation (frais commerciaux, administratifs, et de recherche et développement) qui ne sont pas pris en compte dans le calcul, peuvent détruire sa profitabilité.

Bref, si vous étudiez un compte de résultat en se contentant de la partir brute, cela ressemble plus à de l’incompétence.

La marge opérationnelle

C’est la profitabilité commerciale de l’entreprise après déduction du coût des biens vendus, des coûts d’exploitation et de possibles dépréciations. Il se calcule en faisant le rapport entre le résultat d’exploitation et le chiffre d’affaires.

Marge opérationnelle = Résultat d’exploitation / Chiffre d’affaires

C’est également un ratio qui permet d’évaluer la profitabilité de l’entreprise sur un cycle économique ou opérationnelle.

La marge nette : ratio clé pour analyser un compte de résultat

C’est la profitabilité commerciale finale de l’entreprise après impôts. Il se calcule en faisant le rapport entre le résultat net et le chiffre d’affaires.

Marge nette = Résultat net / Chiffre d’affaires

La marge nette est en quelque sorte la conclusion finale pour analyser un compte de résultat. C’est à partir de ce ratio que les investisseurs feront leurs propres analyses.

Analyser un compte de résultat avec le géant agroalimentaire Nestlé

Maintenant, passons à la pratique en exploitant le compte de résultat de l’entreprise agroalimentaire suisse, Nestlé dont je suis actionnaire depuis trois ans.

Compte de résultat de Nestlé (Source © Rapport financier de Nestlé)

2010 2011 2012 2013 2014
Chiffre d’affaires 87906 83642 89721 92158 91612
– Coût des biens vendus / de marchandise 44775 44127 47500 48111 47553
 = Résultat brut 43131 39515 42221 44047 44059
 – Charges d’exploitation 31303 27335 29330 31930 33671
 + Produit d’exploitation 315 291 497 951 517
 = Résultat d’exploitation 12143 12471 13388 13068 10905
 – Charges financières 834 536 825 850 772
 + Produits financiers 72 115 120 219 135
 = Résultat financier 11381 12050 12683 12437 10268
– Impôt sur les bénéfices 3343 3112 3259 3256 3367
+ Quote-part des coentreprises 1010 866 1253 1264 8003
= Résultat net 9048 9804 10677 10445 14904
– Intérêts minoritaires 271 317 449 430 448
= Résultat net – part du groupe 8777 9487 10228  10015 14456
BPA (Bénéfice net Par Action) en CHF 2,6 2,96 3,2 3,13 4,52

Régularité de la marge brute

2010 2011 2012 2013 2014
Marge brute (en %) 49,6 47,24 47,06 47,8 48,09

Le chiffre d’affaires a connu une progression moyenne de 1,04 % entre 2010 et 2014. J’avoue que ce n’est pas flamboyant. D’un autre côté, l’entreprise suisse évolue dans un secteur à forte maturité malgré son statut de leader mondial.

Une hausse, baisse ou stagnation du chiffre d’affaires ne doit pas faire l’objet d’interprétation financière trop hâtive du fait que les charges d’exploitation (frais administratifs, commerciaux ou R&D) ne sont pas prises en compte. Quant à sa marge brute moyenne sur les cinq derniers exercices, elle est de 47,85 %.

Contraction de la marge opérationnelle sur les deux dernières années

2010 2011 2012 2013 2014
Marge opérationnelle (en %) 13,81 14,91 14,92 14,18 11,9

Vous constatez avec l’imputation des charges d’exploitation que la variation entre la marge brute et opérationnelle est significative. Cela est dû aux fortes dépenses marketing et administratives dans le but de valoriser leurs marques. Sur la période 2010-2014, la marge opérationnelle est en moyenne de 13,95 %.

Marge nette en trompe-l’œil en 2014

2010 2011 2012 2013 2014
Marge nette (en %) 9,98 11,34 11,4 10,87 15,78

Le management du géant agroalimentaire suisse vous vante une augmentation sensible d’une marge nette entre 2013 et 2014. Toutefois, elle est liée aux gains réalisés sur des cessions de parts d’actions de l’Oréal et à une réévaluation du gain d’achat sur le laboratoire pharmaceutique de dermatologie, Galderma dont elle détient 50 % du capital.

En réalité, la marge nette de 2014 devrait être de 8,21 % en enlevant ses deux éléments financiers à caractère exceptionnel et ponctuel. D’un autre côté, ils font parties de la vie de l’entreprise afin de créer de la valeur pour l’actionnaire. En référence au tableau ci-dessus, la marge nette moyenne est de 11,87 % mais normalement le bon sens nous dira que ce sera 10,6 %.

Bénéfice net par action

En omettant ses éléments financiers, la tendance des BPA est haussière puis nettement si j’avais élargi les chiffres du compte de résultat jusqu’à 2008.

En appliquant la réalité comptable, ce n’est pas la même chanson car le vrai BPA de 2014 serait de 2,53 CHF par action, soit un plus bas depuis 2009.

À première vue, on peut conclure que Nestlé voient ses fondamentaux se dégrader. Ceci dit, le compte de résultat n’est qu’une partie de la vérité pour savoir si on a à faire à une belle entreprise donc n’enterrons pas tout de suite ce gros mastodonte du secteur agroalimentaire.

Les critères à retenir pour une bonne analyse du compte de résultat

Si vous voulez savoir qu’une entreprise est profitable et de belle qualité, elle doit respecter au moins trois critères sur une période longue entre 5 et 10 ans :

  • Une hausse régulière ou stabilité de la marge opérationnelle
  • Une hausse régulière ou stabilité de la marge nette
  • Une tendance haussière des BPA

______________________________________________________________________________

Source Web :

Comprendre Toute la Finance de Christophe Thibierge – http://www.comprendretoutelafinance.fr/

email
Sovanna Sek on FacebookSovanna Sek on GoogleSovanna Sek on LinkedinSovanna Sek on Twitter
Sovanna Sek
Sovanna SEK est un investisseur de long terme passionné par la Bourse avec pour modèle, Warren Buffett. Il vous donne des conseils pratiques pour construire et gérer un portefeuille boursier rentable sur le long terme.

Il est également un défenseur de la stratégie buy and hold et de l'or.

5 commentaires on “Comment bien analyser un compte de résultat”

  1. Bonsoir Nicolas,

    Effectivement, je les utilise en comparant les entreprises du même secteur. Toutefois, un ROE élevé peut cacher une illusion comptable qui est l’effet de levier. Je n’en dis pas plus car c’est l’une des prochaines discussions sur le blog.

    Par ailleurs, je rappelle que la rentabilité se mesure par rapport à un investissement.

    Cordialement.

  2. Salut Sovanna,

    Le ROE, s’il est disons, supérieur à 15% et ce, sans que la société est recours de façon exagérée à l’endettement est un excellent ratio pour déterminer les entreprises ultra-rentable.

    Donc, un ratio d’endettement sur capitaux propres bas jumelé à un ROE élevé est très significatif, car il nous démontre que la société tire sa rentabilité supérieure directement de ses résultats opérationnels. et non de fonds empruntés.

  3. Bonsoir Martin,

    Tout à fait ! Toutefois, s’endetter n’est pas forcément préjudiciable si l’entreprise finance des nouveaux relais de croissance qui soient porteurs sur le long terme.

    Cordialement.

  4. Effectivement Sovanna, si la croissance créée avec les fonds empruntés est supérieure au coût du crédit engendré par l’emprunt, l’opération devient rentable.

    Mais il faut demeurer vigilant, car souvent c’est pas le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge